4 clefs pour activer son réseau d’ici la rentrée en restant soi-même !

Depuis 15 ans que j’accompagne les individus à changer de vie professionnelle, développer leur business et racheter des entreprises, s’il y a bien un élément clef invariable de la réussite de chacun que j’ai pu observer, c’est leur aptitude à activer, développer et fédérer leur réseau.

Après toutes ces années, je suis toujours autant surpris de la force et la puissance du réseau.  Certes, on parle désormais d’animer sa communauté, de développer sa visibilité sur les réseaux sociaux, de véhiculer un message porteur de sens pour soi et pour les autres.

Il n’empêche... 

La façon de développer son réseau, de l’entretenir, le choyer, l‘arroser… bref l’art de donner des nouvelles, d’en prendre, de s'intéresser aux autres réellement d’oser demander, donner et recevoir reste une des clefs de voûte pour réussir son projet quel qu’il soit..

Mais c’est que ça prend du temps tout ça !

C’est vrai. Ce n’est pas du jour au lendemain ni à coups d’ajouts de relations sur L’In ou d’amis FaceBook que cela se construit, c’est sûr. Ce n’est pas non plus tout à coup, quand on en a besoin qu’il est le plus aisé de mettre en place et structurer cette démarche qui par essence demande du temps, de la générosité et de la méthode. 

Mais c’est aussi là, le moment où l’on en a le plus besoin qu’il devient encore plus utile de s’y(re)mettre.

Mais alors comment s’y prendre ?

Sans en avoir l’air ? De manière naturelle ? Comment trouver les mots justes ?

Peur du regard de l’autre ? Projections personnelles ? Manque de réseau ? De méthode ?

Combien de fois par semaine m’est il donné d’entendre ces freins par les personnes que j'accompagne ?

Comme si tout à coup, plus il devenait urgent de trouver une solution, un job, une entreprise, des clients, plus ces freins re-surgissaient.

Comment tenir compte de ces aspects psychologiques ?

D’après mon expérience, à ce stade la principale difficulté réside dans 80% des cas, à identifier au regard du degré d’avancement de son projet, en quoi précisément notre réseau pourrait nous être utile.

Ce qui suppose d’identifier ce stade où je me se situe (mais vraiment !). 

Donc de s'inscrire dans un cadre permettant de me (re)positionner et prendre du recul. 

Pas facile de le faire seul. Et avec objectivité de surcroît alors là ..

La plupart du temps, j’observe en effet un écart entre la perception qu’en ont mes clients et la mienne quant à ce degré d’avancement...

 

1) On croit souvent son projet clair et abouti. 

On imagine souvent que l’enjeu du réseau à ce stade est de trouver, obtenir, identifier, convaincre.

Là où le résultat escompté est en fait la plupart du temps de tester, clarifier, modeler, sculpter, découvrir, comprendre, observer, demander du feedback pour évoluer soi et faire évoluer ses projets.

Autant d’objectifs différents dont découlent différentes approches et typologies de personnes à activer ou demander à votre réseau d’activer / identifier pour vous.

En réalité la plupart du temps nous pensons que, n'étant pas “dans la cible”, notre entourage proche ne peut nous aider. Ce faisant nous nous privons de nos meilleurs alliés ! Si nous n’osons pas leur demander, c’est que nous ne savons en réalité pas quoi leur demander. Alors même que ce sont les personnes le plus proches de nous et que chacune connaît pourtant au moins une personne “dans la fameuse cible” avec qui elle serait ravie de nous mettre en lien à condition que ce soit pour lui demander un feedback ou une info ! 

J’observe souvent la méconnaissance de simple mécanisme du réseau chez de nombreuses personnes. Un peu comme si, en fin de partie de billard américain, au moment de toucher la noire avec la blanche, les personnes imaginaient devoir s'affranchir de la règle obligeant à faire plusieurs bandes avant de toucher “sa cible”. Pour le réseau comme au billard, c’est rarement en une bande que l’on gagne.

 

2) Se présenter de manière à donner envie et présenter clairement l’objet de sa demande n’est pas si simple que cela

“Bonjour Monsieur, après 20 ans en tant que manager à l’international, je cherche à reprendre une entreprise, PME in bonis entre 10 et 20 salariés en région Rhône Alpes. J’aurais souhaité échanger avec vous à ce sujet. Au plaisir de vous lire, Daniel.”

Vous répondriez-quoi vous personnellement à une demande comme celle-ci?

Parce que des comme ça j’en reçois toutes les semaines de mon côté et personnellement si je ne comprends pas qui est la personne qui s’adresse à moi, d’où elle vient, où elle va, ce qui la motive et le sens de son projet de prime abord moi cela ne m’emballe pas vraiment.

Cela vous donnerait envie d’y consacrer combien de temps a priori ?

Si en plus je ne comprends pas en quoi je pourrais lui être utile, de la part de qui elle me contacte et combien de temps pourrait prendre notre échange alors là c’est ;sûr je suis déjà passé à autre chose, un énième mail, une énième notification de la journée. Pas vous ?

Et si vous aviez à la place reçu ce message  ?

“Bonjour je m’appelle Daniel j’ai 54 ans. Je vous écris de la part de Christine que vous avez aidée et m’a parlé de vous. J’étais patron de business unit chez Air Liquid pendant 15 ans, avant de décider de donner l’an dernier un sens nouveau à ma carrière en me réorientant vers un métier qui correspond davantage au nouveau challenge que je souhaite me donner. Aujourd’hui, je suis en train de tester et valider la cohérence de mon projet de reprise d’une entreprise. Je m’interroge sur la cible, le bassin géographique et la typologie de sociétés qui pourraient rentrer dans mes cordes. Auriez-vous 15 à 20 mins à m’accorder par téléphone d’ici 15 jours afin d’en discuter ? Votre avis me serait en effet précieux. AU plaisir de vous lire, Cordialement, Daniel”

 

3) Identifier une demande et cible précises pour demander à son réseau de l’aide et entrer en contact avec les personnes dont j’ai besoin pour avancer sur mon projet. 

  • Convaincre un interlocuteur ?
  • Identifier des prescripteurs potentiels ?
  • Valider le contenu de son offre ?
  • Discuter la pertinence de son projet ?
  • Rechercher des infos précises ?
  • Identifier des freins et des objections éventuelles ?
  • Valider ses tarifs ?

 

Peu importe l’objet d’une demande réseau du moment qu’elle est contextualisée au regard de vos priorités actuelles, claire et précise. 

Et aussi si elle permet à votre interlocuteur de comprendre qui vous êtes, où vous en êtes, d’où vous venez où vous allez et en quoi cet échange avec vous vous sera utile, combien de temps cela lui prendrait, comment où et quand cela pourrait avoir lieu.

Un exemple en  la matière avec Lucile que j’ai eu la chance de pouvoir compter parmi les participants d’un atelier réseau que j’ai animé il y a peu. Qu’en pensez-vous ?

 

“Bonjour, je m'appelle Lucille j'ai 25 ans, je suis passionnée des chevaux et de l'équitation (cavalière galop 7), j'aime également les activités de pleine nature (escalade, rando …).

Mon parcours universitaire et professionnel s'est construit autour de la gestion, du management, de l’événementiel et du coaching. J'ai travaillé dans le team building et à présent je souhaite apporter aux équipes plus qu'une animation mais un travail sur le groupe. 

Je propose du coaching accompagné par le cheval. 

Pourquoi le cheval ? Parce qu'il exerce un effet miroir  et met en avant nos modes de fonctionnement. Il teste également le leadership. 

Les différentes prestations proposées : 

- Team Building cohésion et travaille d'équipe.

- Coaching de Managers afin de travailler le leadership et la gestion d'équipe

- Développement personnel confiance & affirmation de soi, gestion du stress 

Actuellement je cherche à entrer en relation avec des “décideurs” RH, responsables formation ou directeurs, d’entreprise. 

Pourquoi ? 

Afin de savoir quel type de formations pour leurs managers ils proposent et quel type de Team Building ils proposent à leurs collaborateurs.

Par quel biais ? 

Au travers d’un bref appel téléphonique de 10 mins.

Qu’en pensez-vous ? Cette démarche vous paraît elle adaptée?

Si oui serez-vous prêt à me recommander auprès de quelqu’un de votre réseau ?

Au plaisir de vous lire,

Lucile"

 

4) Oser demander et se lancer demande du cran ! 

Pas facile de se lancer. Oser. Chacun sa route, chacun son chemin comme dirait tonton David. Chacun sa marche aussi. 

Parcequ’il est plus facile de garder l’équilibre en étant en mouvement, je choisis pour finir de vous partager cette demande travaillée il y a peu avec Franck l’un de mes clients informaticien freelance que j’accompagne actuellement. 

Comme beaucoup de personnes en régie, d’indépendants en prestation, passant par des SSI, des agences ou des cabinets, au confort des missions longues succède bien souvent la crainte de l’intercontrat. Pas facile de cultiver son réseau, lorsque l’on est pris sur une missions longue me direz-vous. Et pas facile non plus, nous l’avons vu, d’activer soudainement son réseau en phase de creux. Certes. Ça n’empêche pas d’essayer 😉

Voici le message que nous avons préparé ensemble en ce sens

“Je m'appelle Franck, j'ai 44 ans, j'habite aux environs de Voiron. Je suis sportif, j'aime les sports de montagne, les pratiquer et les faire découvrir aux autres. J'organise régulièrement des week-end entre amis où on mêle pratique d'une activité sportive et plaisir de se retrouver.

J'ai une vingtaine d'année d'expérience dans le domaine du test logiciel, en tant que testeur puis en tant que chef de projet.  En 2019, j'ai fait le choix de devenir indépendant afin de diversifier plus régulièrement mes expériences, que ce soit en terme de rôle, de secteur d'activité ou de technologies utilisées.

Je suis actuellement en mission jusqu'en juin (100% chez un client) et commence à préparer la suite. Ce qui me motive c’est avant tout de découvrir de nouveaux secteurs, apprendre de nouvelles technologies, rencontrer et travailler avec d'autres personnes

Dans ce cadre je cherche à échanger et apprendre d’autres professionnels et responsables d'équipe comme vous afin   de mieux comprendre le contexte dans lequel vous travaillez, les technos/méthodes utilisées.

Seriez vous d’accord pour m’accorder 15 mins de voter temps par téléphone afin de faire connaissance et me donner l’occasion de vous poser quelques questions à ce sujet ?

Votre avis et expérience me seraient fort précieux.

Au plaisir de vous lire,

Franck."

 

Et vous qu’en pensez-vous ?

Qu’auriez vous envie de répondre à Daniel, Lucie et Franck ?

Faites moi part de voire feedback cela m’intéresserait beaucoup de le connaître -:)

 

Par Nicolas Lanchou

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée